Articles qui seront affiché dans le blogue seulement

Les allergies et l’acupuncture

Des traitements d’acupuncture peuvent vous aider à traiter et même à prévenir les symptômes associés aux allergies.

 

Vous qui lisez cet article connaissez probablement les symptômes typiques de l’allergie : congestion nasale et éternuements, démangeaisons des yeux et du palais, etc. Les sécrétions qui s’accumulent peuvent mener à des sinusites… rien de très plaisant.

De plus en plus de personnes sont atteintes par les allergies mais, comment expliquer que certaines personnes ne le soient pas ?

Qu’est-ce que l’allergie au niveau du système respiratoire ?

Certaines personnes fabriquent trop facilement des anticorps (réaction exagérée du système immunitaire) face à des substances respirées au quotidien telles que les pollens ou la poussière de maison, des particules d’acariens, les phanères des animaux, etc. Certains peuvent aussi développer une sensibilité aux parfums ou autres polluants atmosphériques.

 

Le système immunitaire des personnes allergiques peut être affecté par des facteurs héréditaires mais aussi par les conditions de vie actuelles qui sont souvent difficiles (stress, épuisement, restauration rapide, etc.).

 

L’acupuncture comme moyen de prévention et de traitement de l’allergie

« L’OMS (l’Organisation mondiale de la Santé) classe les allergies saisonnières, ainsi que l’asthme et la sinusite dans les pathologies du système respiratoire pouvant être aidées efficacement par l’acupuncture » rappelle l’Association des acupuncteurs du Québec dans son article Acupuncture et Allergie. On y mentionne aussi que « selon la médecine traditionnelle chinoise, la réaction allergique est considérée comme une mésadaptation de l’organisme à son environnement… ». On y explique que l’acupuncture permet de stimuler le système immunitaire et de réguler la réaction exagérée de l’organisme aux allergènes.

 

Meilleur moment pour prévenir les allergies par l’acupuncture

Les sessions d’acupuncture préventives sont recommandées, pour de meilleurs résultats, quelques semaines avant la période des allergies. Par exemple, si vos symptômes débutent dès la fonte des neiges, il serait judicieux de recevoir votre traitement dès le mois de février ou mars.

Cependant, si vous êtes déjà en phase aiguë d’allergie respiratoire, l’acupuncture pourra vous aider à en soulager les pénibles symptômes.

 

Pour plus d’information, consulter l’article complet de l’Association des acupuncteurs du Québec :

https://www.acupuncture-quebec.com/informations-acupuncture/1-allergies-et-acupuncture.html

Pour prendre rendez-vous, contacter le Centre Kinesis au 450-672-4114

« Venez me rencontrer et nous pourrons discuter d’une démarche et d’un traitement visant à améliorer votre bien-être ».

Par Sophie Laverdière

Acupunctrice

 

Études Scientifiques : Ostéopathie

L’ostéopathie est une approche manuelle qui s’appuie sur les anormalités dans les tissus. C’est une technique qui s’est popularisée au courant des dernières années et avec raison ; l’ostéopathie peut être utile pour une variété de problématiques au spectre extrêmement large d’individus, c’est-à-dire autant chez les nouveau-nés que les personnes âgées. Nous avons décidé de vous présenter plusieurs études qui ont été fait sur le sujet en espérant vous transmettre plus d’informations concrètes. Cet article du blogue vous démontrera des études qui regardent l’effet de l’ostéopathie par rapport au système nerveux autonome, aux douleurs de la poitrine reliée aux côtes, aux douleurs dans le bas du dos et aux migraines.

Premièrement, attardons-nous sur une recherche qui relie le système nerveux autonome à l’ostéopathie. Dans cette étude, le système nerveux autonome a été mesuré en termes de variabilités de la fréquence cardiaque qui est définie par la variation des vagues sur un électrocardiogramme. Ceci est une façon indirecte de représenter le système nerveux autonome, car ce système gère le système cardiaque. En regardant les fréquences dans trois groupes d’étude (groupe traité en ostéopathie, fictif et contrôle), ils ont trouvé des changements statiquement significatifs. Ces résultats suggèrent que l’ostéopathie à la possibilité de modifier le système nerveux autonome en modulant le système parasympathique. La branche parasympathique, en plus d’avoir un effet sur le rythme cardiaque, a des propriétés anti-inflammatoire et anti-nociceptive qui peuvent possiblement jouer un rôle dans la diminution de la douleur suivant un traitement en ostéopathie. 1

En restant aux alentours du cœur, l’ostéopathie peut avoir un effet sur les douleurs de la poitrine. Cet article suit les cas de trois patients avec des douleurs intercostales, parfois diagnostiqué syndrome Cyriax ou le syndrome Tietze. Ces personnes ont passé des examens médicaux incluant une tomodensitométrie (TDM) et une imagerie par résonance magnétique (IRM) qui n’ont pas démontré de pathologie aiguë. Après avoir effectué les tests adéquats pour diagnostiquer, le médecin a utilisé deux méthodes de traitement. La première est «intercostal nerve block» mais, ceci ne donne pas de soulagement à long terme. Ce traitement est seulement efficace dans les cas de douleur aiguë pour que le patient puisse tolérer les manipulations qui suivent. La deuxième méthode est les manipulations ostéopathiques. Dans les trois patients, la douleur est partie et n’est pas réapparu dans les rendez-vous de suivis.2

De plus, les douleurs dans le bas du dos affectent plusieurs personnes, ce qui particulièrement commun chez les militaires dû à l’entrainement rigoureux. Ces douleurs au bas du dos peuvent s’avérer dangereuses pour un pilote, par exemple. Cet article présente le cas d’un pilote avec 4000 heures de vol et une douleur quotidienne au bas du dos depuis deux/trois ans. Après une semaine de thérapie, sa douleur a été réduite de 80%. Le pilote a été traité au niveau des ischio-jambiers, les fessiers, le sacrum, le bassin et à la région lombaire, ce qui a mené à une diminution de sa douleur dans le bas du dos.3

Maintenant, les migraines. Elles affectent un grand nombre de personnes. Pour ceux qui ont déjà souffert d’une migraine, vous savez que ça se caractérise par des douleurs à la tête qui peuvent être palpitantes, aggravées par des tâches quotidiennes, qui peuvent être associées à la nausée et la photophobie (réaction oculaire douloureuse à la lumière). Souvent les personnes se plaignent que les médicaments n’ont pas suffisamment d’effet sur l’intensité ni la durée des migraines. L’étude a donc évalué l’efficacité des techniques ostéopathiques sur 105 personnes souffrant en moyenne 22.5 jours de migraine par mois. Après 8 traitements de 30 min pour une durée 24 semaines, ils ont remarqué des bienfaits cliniquement significatifs. Ceci a été évalué en utilisant un test nommé « HIT-6 » qui mesure l’impact des maux de tête.4

En conclusion, ces statistiques démontrent que l’ostéopathie peut avoir des bienfaits sur le système nerveux central, les douleurs de la poitrine, les douleurs au bas du dos et les migraines. Au lieu de croire aux études scientifiques qui ont été publiées dans des journaux reconnus, pourquoi ne pas l’essayer vous-même? Le Centre Kinesis a plusieurs thérapeutes qui peuvent vous offrir un soin en ostéopathie. Pour en connaitre plus sur nos thérapeutes, visiter notre site web : https://centrekinesis.com/osteopathie/

 

NB : Les ostéopathes ne peuvent aucunement faire un diagnostic; ceci est réservé au médecin.

Référence

  1. Ruffini N., D’Alessandro G., Mariani N., Pollastrelli A., Cardinali L., Cerritelli F. Variations of high frequency paramter of heart rate variability following osteopathic manipulative treatment in healthy subjects compared to control group and sham therapy: randomized controlled trial. Frontiers in Neuroscience. 2015; 9: 272
  2. Germanochi A., Ferrante FM. Multiple-model treatment approach to painful rib syndrome: case series and review of the literature. Pain Physician Journal. 2016; 19:E465-E471
  3. LT Andicochea CT., LT Fulkerson J., LCDR Taylor BM., CAPT Portouw SJ. Manual therapy for chronic lower back pain in an F-5 pilot. Military Medicine. 2015; 180:E1132-E1135
  4. Cerritelli F., Ginevri L., Messi G., Caprari E., Di Vincenzo M., Renzetti C., Cozzolino V., Barlafante G., Foschi N., Provinciali L. Clinical effectiveness of osteopathic treatment in chronic migraine: 3-armed randomized controlled trial. Complementary therapies in medicine. 2015; 23:149-156

Pour voir autres études dans la presse, consultez : http://www.journalofosteopathicmedicine.com/inpress

Mieux vaut prévenir que guérir!

 Le corps humain est une machine incroyable qui ne cessera de nous surprendre. Il travaille sans relâche pour maintenir l’homéostasie, soit l’équilibre de tous les systèmes du corps.  De plus, il est doté d’une fonction innée nommée autorégulation, celle-ci lui permet de s’auto-guérir par divers moyens de manière totalement inconsciente. Il peut soit augmenter la tension dans un muscle, en inhiber un autre, augmenter ou diminuer l’amplitude de mouvement d’une articulation, envoyer des signaux de douleur inflammatoire pour protéger une structure, etc. Tous ces exemples sont des compensations que le corps installe afin de nous permettre de vaquer à nos occupations sans trop inconforts. Toutefois, il est important d’être à l’écoute de ces signaux car si on en fait abstraction, ils peuvent être précurseurs d’une éventuelle blessure.

Vous êtes-vous déjà blessé en faisant un petit geste anodin tel qu’attacher vos souliers, soulever vos sacs d’épicerie ou bien même ranger un plat dans l’armoire du haut? Pourquoi un si petit geste effectué fréquemment aurait provoqué une blessure cette fois-ci? Ce geste fut en fait « la goutte qui a fait déborder le vase ». C’est ce qui survient lorsqu’on ignore les signaux que notre corps nous a envoyé préalablement. Il n’a donc pas été en mesure vous protéger adéquatement faute d’une suraccumulation.  Vous pouvez remédier à cela avec une approche préventive.

En Occident, nous avons une mentalité curative en ce qui concerne notre santé.  Nous consultons un professionnel de la santé souvent suite à l’apparition de symptômes; quand ça fait trop mal, quand on a trop enduré, quand on n’est plus capable. La solution? Consulter quand ça va bien! Il n’est pas nécessaire d’avoir une problématique. Un traitement global pour s’assurer que tout va bien, c’est ça la prévention.

Consulter en prévention sur une base régulière :

  • Réduit le risque de blessure
  • Réduit le temps de récupération suite à une blessure
  • Aide à contrôler les problématiques de douleurs chroniques
  • Permets au corps d’avoir la capacité optimale de toutes ses structures
  • Avoir un meilleur bien-être physique et mental

L’ostéopathie est la médecine alternative de prédilection pour la prévention et le maintien d’un bon état de santé. Elle travaille sur toutes les structures du corps autant au niveau musculosquelettique, crânien, viscéral qu’ostéo- articulaire. L’ostéopathe repère et relâche les blocages dans le corps afin de permettre à toutes les structures d’être en harmonie et de bien effectuer leurs fonctions. Cela a pour effet de relancer le système d’autorégulation. Plus vous consultez sur une base régulière, moins vous aurez de compensations et plus il est facile pour l’ostéopathe d’adresser la cause du problème rapidement. La fréquence des rendez-vous est propre à chaque individu et varie selon plusieurs facteurs entre autres votre état de santé, votre niveau d’activité physique, vos types activités/passe-temps, votre niveau de stress au quotidien, etc. Un minimum de deux consultations préventives par année sont conseillées.

Astuces pour intégrer la prévention:

  • Fixer les rendez-vous à l’avance selon à la fréquence recommandée par votre thérapeute (bimensuelle, mensuelle, trimestrielle, saisonnière, évènementielle, etc.) cela évite d’oublier dans le tourbillon du quotidien
  • Consulter dès l’apparition de petits symptômes inhabituels
  • Faire du sport, bouger
  • Être à l’écoute de son corps

Vous entretenez votre véhicule sur une base régulière pour les changements d’huile et inspections. Prenez cette habitude avec votre corps! Après tout c’est avec celui-ci que vous passerez toute votre vie, prenez-en soins et pensez prévention!

 

Par Mélanie Sasseville, Finissante en Ostéopathie et Massothérapeute

Votre Voyage Intérieur – L’arrivée de l’été est synonyme de vacances mais pas pour tout le monde

L’hiver dernier, je me suis rendu en Australie pour mon travail et dès que ce fût le temps en fin de journée, je me rendais le plus tôt possible à la plage pour tout simplement y marcher dans le sable et pour capter l’énergie infini de l’océan. J’en ressentais le besoin alors que j’étais à l’opposé de la Terre dans des conditions climatiques diamétralement différentes des tempêtes et du froid qui faisaient rages au même moment au Québec en cette période de l’année.

Nous ne pouvons pas tous s’offrir des vacances hors du commun, mais toutefois il est possible de s’en approcher en s’imaginant y être le temps d’un massage. Demandez à votre thérapeute de faire jouer de la musique avec l’ambiance de l’océan ou celle qui se rapproche le plus de l’ambiance recherchée. Par exemple, gardez votre concentration sur le rythme des vagues sans vous préoccupez du massage en cours. Offrez-vous vos propres vacances intérieures. Pour les plus chanceux d’entre vous, il y a déjà des projets de vacances dans l’air. Mais des vacances peuvent se vivre par trois fois. Dans l’anticipation lors de sa préparation, au moment même de les vivent, mais aussi dans nos souvenirs les plus profonds.

Lors de votre prochaine séance de massage de détente, offrez-vous ce retour sur ces bons moments qui vous ont apaisés et qui vous ont fait du bien, puis partagez les dans votre esprit avec le massage qui est en cours et qui vous fait du bien tout autant. Voilà une autre belle façon de faire le vide pour mieux se détendre et revivre à nouveau ces doux souvenirs de vacances lors de vos prochains rendez-vous!

Sylvain Perron; Massothérapeute 

Stretching: 5 Conseils Essentiels

Que ce soit du vélo, ski de fond, patinage ou course à pieds, s’étirer reste le facteur le plus important et, malheureusement, le plus négligé. Les étirements, non seulement aident à diminuer les raideurs musculaires, mais également à prévenir et diminuer le risque de blessures. Reste à savoir comment et quand s’étirer.

 

Voilà 5 conseils d’étirements pour une meilleure efficacité :

  1. Faire les étirements statiques pour améliorer la souplesse, flexibilité et diminuer les courbatures, mais APRÈS l’entraînement! En effet, les étirements statiques peuvent diminuer la force musculaire si pratiqués avant l’entraînement.
  2. Maintenir la posture d’étirement pendant 15 à 60 secondes pour donner le temps aux fibres musculaires de se relâcher.
  3. Respecter le seuil douleur! La douleur est une alarme, un signal qui veut dire que le tissu en étirement atteint sa limite avant déchirure. La meilleure intensité d’un étirement varie de faible à moyen. En effet, un étirement fort et/ou douloureux va résulter en un spasme défense, voire une déchirure; ce qui est l’opposé de l’effet recherché.
  4. Ne pas s’étirer directement au réveil ou « à froid ». Attendre au moins une heure après le réveil et faire un petit échauffement de 5 à 10 minutes avant le stretching.
  5. Garder une respiration calme et profonde durant l’étirement. En effet, l’oxygénation favorise le relâchement des fibres musculaire. Expirer plus longtemps que pour l’inspiration pour favoriser la détente tissulaire.

 

Patrick Georgevitch – Masso-Kinésithérapeute; Coach Fitness et Spécialiste en Conditionnement Physique.