Le mouvement humain et sa mécanique ont inspiré maintes inventions ayant pour but de faciliter la vie de l’être humain. Mais fait paradoxal, ces inventions l’ont confiné à l’immobilité; elles en ont parfois fait un robot répétant le même geste des centaines, voire des milliers de fois par jour. L’immobilité est l’ennemi numéro un de l’être, conçu pour bouger. La sur-utilisation musculaire et articulaire est aussi source de tensions, de douleurs et de raideurs. La kinésithérapie vise le retour vers le mouvement. Les outils qu’elle utilise sont simples et efficaces: le massage et les mobilisations passives, actives ou contrariées.

 

1- Histoire

2-   /la-kinesitherapie-0#applications%20kine”>Applications et effets

3-    Indications et contre-indications

4-  >Déroulement d’une séance

Histoire

Il est difficile de définir la kinésithérapie. Elle prend un sens différent selon les pays où elle est pratiquée. Pour rester dans un registre francophone, la kinésithérapie pratiquée en France s’approche plus de la  physiologie, utilisant des outils et machines dans sa pratique. Au Québec, la kinésithérapie est une technique de massothérapie, dans le sens ou elle ne se pratique qu’avec  les mains et le corps du praticien. C’est une approche qui demande la technique de massage suédois en prérequis.

 

Applications et effets

La kinésithérapie est une thérapie par le massage et le mouvement. Le massage suédois est la base de cette approche corporelle. Par ses effets sur les différents systèmes du corps humain, le massage détend ou tonifie les muscles et active la circulation, selon les techniques utilisées.
Les mobilisations bien exécutées sont des outils indispensables au kinésithérapeute. La vie, c’est le mouvement et par le fait même, le retour à l’amplitude optimale, contribue à une plus grande satisfaction de la part du client.
À titre d’analogie, tel un forgeron qui chauffe une pièce métallique pour ensuite la plier, le kinésithérapeute réchauffera, assouplira la peau et les muscles. Cette préparation permet de mieux faire bouger les segments dans toutes les directions permises et ce, sans participation active du client: c’est la mobilisation passive.

 

Indications et contre-indications

La kinésithérapie ne guérit pas. Elle est un outil permettant au corps de retrouver un état favorisant sa propre guérison. Lorsqu’un muscle permet un mouvement ample et sans douleur, c’est l’organisme tout entier qui est stimulé dans toutes ses fonctions, qu’elles soient articulaires, organiques ou intellectuelles, pour ne nommer que celles-ci.

 

Le kinésithérapeute s’intéresse aux maux chroniques de l’appareil locomoteur, il n’intervient aucunement lorsqu’il est en présence d’un état inflammatoire. La manipulation ne fait pas partie du répertoire du kinésithérapeute, cet acte étant réservé aux chiropraticiens et à certains spécialistes du monde médical.
La kinésithérapie se distingue donc des autres approches corporelles reconnues dans le monde médical par l’intégration des techniques de massage associées aux mobilisations.

 

Les contre-indications sont les mêmes que pour les autres techniques, à savoir les cas de fièvres, d’inflammations… Pour tout rendez-vous post-opératoire, référez-vous à votre médecin traitant afain qu’il donne son accord.

 

Déroulement d’une séance

La première séance débute par un questionnaire santé suivi d’une évaluation de la posture et de la mobilité, d’un examen palpatoire, d’un bilan musculaire et de certains tests spécifiques. Le tout permettra au thérapeute d’intervenir de façon sécuritaire auprès de son client.
Pour un problème ou une douleur précise, le thérapeute utilisera des tests afin de déterminer si le cas peut être traité en kinésithérapie ou s’il doit être adressé à un autre professionnel de la santé. Le kinésithérapeute ne pose pas de diagnostic, il s’assure simplement que son intervention sera bénéfique et sans danger pour son client.
Suite aux différents bilans, la séance commence par un massage des diverses structures en fonction de l’effet recherché. Le travail peut s’effectuer sur la peau, les muscles et les tendons, de même que sur les ligaments afin d’aider le client à retrouver la liberté de mouvement dans la plus grande amplitude possible. Il serait impensable de pratiquer les mobilisations sans avoir au préalable pratiqué un massage préparatoire.
Les mobilisations passives permettent le retour vers un mouvement libre et sans douleur. Elles sont relativement faciles à appliquer même si leur efficacité repose sur une grande précision et une connaissance approfondie du corps humain. Au besoin, des exercices, c’est-à-dire des mobilisations actives puisqu’il y a participation active du client, ou contrariées, lorsqu’ils sont faits avec des poids, seront suggérés dans un but préventif et de suivi au traitement. L’objectif final étant toujours le même: l’autonomie du client.
La fréquence des séances est variable. Habituellement, une consultation par semaine suffit pour 5 ou 6 semaines. On peut alors constater une amélioration notable. La kinésithérapie est extrêmement efficace pour toutes les douleurs causées par des tensions musculaires et les raideurs articulaires dus à l’inactivité physique, la surcharge mécanique ou la dégénérescence articulaire.

– See more at: http://www.fqm.qc.ca/la-kinesitherapie-0#sthash.lDZ8Z5Bc.dpuf

Le mouvement humain et sa mécanique ont inspiré maintes inventions ayant pour but de faciliter la vie de l’être humain. Mais fait paradoxal, ces inventions l’ont confiné à l’immobilité; elles en ont parfois fait un robot répétant le même geste des centaines, voire des milliers de fois par jour. L’immobilité est l’ennemi numéro un de l’être, conçu pour bouger. La sur-utilisation musculaire et articulaire est aussi source de tensions, de douleurs et de raideurs. La kinésithérapie vise le retour vers le mouvement. Les outils qu’elle utilise sont simples et efficaces: le massage et les mobilisations passives, actives ou contrariées.

 

1-    Histoire

2-    Applications et effets

3-    Indications et contre-indications

4-    Déroulement d’une séance

 

Histoire

Il est difficile de définir la kinésithérapie. Elle prend un sens différent selon les pays où elle est pratiquée. Pour rester dans un registre francophone, la kinésithérapie pratiquée en France s’approche plus de la  physiologie, utilisant des outils et machines dans sa pratique. Au Québec, la kinésithérapie est une technique de massothérapie, dans le sens ou elle ne se pratique qu’avec  les mains et le corps du praticien. C’est une approche qui demande la technique de massage suédois en prérequis.

 

Applications et effets

La kinésithérapie est une thérapie par le massage et le mouvement. Le massage suédois est la base de cette approche corporelle. Par ses effets sur les différents systèmes du corps humain, le massage détend ou tonifie les muscles et active la circulation, selon les techniques utilisées.
Les mobilisations bien exécutées sont des outils indispensables au kinésithérapeute. La vie, c’est le mouvement et par le fait même, le retour à l’amplitude optimale, contribue à une plus grande satisfaction de la part du client.
À titre d’analogie, tel un forgeron qui chauffe une pièce métallique pour ensuite la plier, le kinésithérapeute réchauffera, assouplira la peau et les muscles. Cette préparation permet de mieux faire bouger les segments dans toutes les directions permises et ce, sans participation active du client: c’est la mobilisation passive.

 

Indications et contre-indications

La kinésithérapie ne guérit pas. Elle est un outil permettant au corps de retrouver un état favorisant sa propre guérison. Lorsqu’un muscle permet un mouvement ample et sans douleur, c’est l’organisme tout entier qui est stimulé dans toutes ses fonctions, qu’elles soient articulaires, organiques ou intellectuelles, pour ne nommer que celles-ci.

 

Le kinésithérapeute s’intéresse aux maux chroniques de l’appareil locomoteur, il n’intervient aucunement lorsqu’il est en présence d’un état inflammatoire. La manipulation ne fait pas partie du répertoire du kinésithérapeute, cet acte étant réservé aux chiropraticiens et à certains spécialistes du monde médical.
La kinésithérapie se distingue donc des autres approches corporelles reconnues dans le monde médical par l’intégration des techniques de massage associées aux mobilisations.

 

Les contre-indications sont les mêmes que pour les autres techniques, à savoir les cas de fièvres, d’inflammations… Pour tout rendez-vous post-opératoire, référez-vous à votre médecin traitant afain qu’il donne son accord.

 

Déroulement d’une séance

La première séance débute par un questionnaire santé suivi d’une évaluation de la posture et de la mobilité, d’un examen palpatoire, d’un bilan musculaire et de certains tests spécifiques. Le tout permettra au thérapeute d’intervenir de façon sécuritaire auprès de son client.
Pour un problème ou une douleur précise, le thérapeute utilisera des tests afin de déterminer si le cas peut être traité en kinésithérapie ou s’il doit être adressé à un autre professionnel de la santé. Le kinésithérapeute ne pose pas de diagnostic, il s’assure simplement que son intervention sera bénéfique et sans danger pour son client.
Suite aux différents bilans, la séance commence par un massage des diverses structures en fonction de l’effet recherché. Le travail peut s’effectuer sur la peau, les muscles et les tendons, de même que sur les ligaments afin d’aider le client à retrouver la liberté de mouvement dans la plus grande amplitude possible. Il serait impensable de pratiquer les mobilisations sans avoir au préalable pratiqué un massage préparatoire.
Les mobilisations passives permettent le retour vers un mouvement libre et sans douleur. Elles sont relativement faciles à appliquer même si leur efficacité repose sur une grande précision et une connaissance approfondie du corps humain. Au besoin, des exercices, c’est-à-dire des mobilisations actives puisqu’il y a participation active du client, ou contrariées, lorsqu’ils sont faits avec des poids, seront suggérés dans un but préventif et de suivi au traitement. L’objectif final étant toujours le même: l’autonomie du client.
La fréquence des séances est variable. Habituellement, une consultation par semaine suffit pour 5 ou 6 semaines. On peut alors constater une amélioration notable. La kinésithérapie est extrêmement efficace pour toutes les douleurs causées par des tensions musculaires et les raideurs articulaires dus à l’inactivité physique, la surcharge mécanique ou la dégénérescence articulaire.

– See more at: http://www.fqm.qc.ca/la-kinesitherapie-0#sthash.lDZ8Z5Bc.dpuf

Human movement and its mechanics have inspired many inventions aimed at making life easier for humans. But paradoxically, these inventions have confined to immobility; they have sometimes done a robot repeating the same gesture hundreds or thousands of times a day. Immobility is the enemy number one of being designed to move. Muscle and joint overuse is also a source of tension, pain and stiffness. Kinesitherapy is the return to the movement. The tools they use are simple and effective: the massage and passive mobilization, active or thwarted.

1- History
2- Applications and effects
3-Indications and cons-indications
4- Course of a session

History
It is difficult to define kinesitherapy. It has a different meaning depending on the country where it is practiced. To stay in a French registry, kinesitherapy practiced in France is closer to physiology, using tools and machines in practice. In Quebec,  therapy is a massage technique in the sense that it is practiced with the hands and body of the practitioner. It is an approach that requires the technique of Swedish massage prerequisite.

Applications and effects
Kinesitherapy is a therapy by massage and by movement. Swedish massage is the basis of this bodily approach. Through its effects on different body systems, the massage relaxes or tones the muscles and increases circulation, according to the techniques used.
Well executed mobilizations are essential tools for kinesitherapists.
The kinesitherapist will warm up and soften the skin and muscles. This preparation helps to move the segments in all directions permitted, without active participation of the client: the passive mobilization.

Indications and cons-indications
Kinesitherapy does not heal. It is a tool that allows the body to regain a state favoring its own healing. When a muscle allows ample movement and pain, it is the whole body that is stimulated in all its functions, whether joint, organic or intellectual, to name only those.

The kinesitherapist is interested in chronic musculoskeletal pain, he is not involved when in the presence of an inflammatory condition. The handling is not part of the kinesitherapist directory, this act being restricted to chiropractors and some medical specialists.
Kinesitherapy is therefore distinguished from other tangible approaches recognized in the medical world by integrating massage techniques associated with mobilizations.

The cons-indications are the same as for other techniques, namely cases of fevers, inflammations … For appointment postoperative, see your doctor so he agrees.

Course of a session
The first session begins with a health questionnaire followed by an assessment of posture and mobility, a palpation exam, muscle balance and specific tests. All allowing the therapist to intervene safely to his client.
For a problem or a specific pain, the therapist will use the tests to determine whether the case can be treated by kinesitherapy or whether it should be referred to another health professional. The therapist does not pose a diagnosis, it simply ensures that its intervention is safe and beneficial for his client.
Following various assessments, the session begins with a massage of various structures depending on the desired effect. The work can be done on the skin, muscles and tendons as well as ligaments to help the client find the freedom of movement in the largest possible amplitude. It would be unthinkable to practice mobilizations without first practicing a preparatory massage.
Passive mobilization allow for free movement without pain. They are relatively easy to apply even though their effectiveness is based on highly accurate and thorough knowledge of the human body. If necessary, exercises, that is to say the active mobilisations since there is active participation of the client, or thwarted, when done with weights, will be suggested as a preventive measure and a follow up from the treatment. The ultimate goal is always the same: the client’s autonomy.
The frequency of treatment varies. Usually a consultation a week is enough for 5 or 6 weeks. We can then see a noticeable improvement. Kinesitherapy is extremely effective for all pain caused by muscle tension and stiffness due to physical inactivity, mechanical overload or joint degeneration.

– See more at: https://www.fqm.qc.ca/la-kinesitherapie-0#sthash.lDZ8Z5Bc.dpuf 

Source: FQM

Therapists practicing this technique:

Yanic Szöghy
Farah Belalia
Marc Abi-Khalil
Patrick Georgevitch
Nicolas Gorbov-Gauthier